Réseaux sociaux

Utiliser Facebook

dimanche 10 août 2014
  par  Internet22
popularité : 18%
0 vote

Utiliser Facebook pour une paroisse, un service diocésain, une communauté religieuse, un mouvement n’est pas dangereux en soit. C’est même plutôt un avantage en terme de contact de la population jeune entre autres. Il vaut mieux juste savoir ce qu’il vaut mieux faire et ne pas faire.

 Gérer sa page Facebook

Une fois la page ouverte, les divers champs renseignés, il faut que la page vive. Il est souhaitable d"avoir une personne dédiée à cette tâche. En jargon on appelle cela un(e) Community manager (gestionnaire de communauté).
C’est quelqu’un :

  • qui sente les réseaux sociaux, qui n’en ait pas peur. L’âge n’est pas forcément un critère de choix !
  • qui ira souvent sur cette page pour l’animer, donc avec un peu de temps libre pour cela.

Principales tâches

  • Mettre sur la page le lien sur les nouveaux articles du site (dans le Statut)
  • Jouer la complémentarité avec le site : par exemple mettre quelques photos d’un événement récent et renvoyer sur le site pour compléments.
  • Noter dans les événements les rendez-vous importants de l’agenda, même si le nombre de personnes qui signaleront qu’elles seront présentes n’est pas le chiffre qu’il faudra retenir !
  • Éventuellement réagir à des interventions d’« amis ». Bien se rappeler que l’on représente une structure institutionnelle et pas une page personnelle. On n’y dit pas nécessairement tout à fait les mêmes choses de la même façon !
  • Gérer les « J’aime » en partant de l’idée que plus il y en a mieux c’est pour la notoriété mais ne pas hésiter à exclure les importuns.

 Les inconvénients

Gérer une page Facebook suppose qu’on y vienne souvent. Au moins quelque chose de nouveau toutes les semaines c’est le minimum.
On peut être ennuyé par des personnes qui vont pourrir les « débats ». Ne pas se précipiter pour exclure, une page Facebook c’est fait pour discuter et on nous a souvent reproché de ne pas permettre facilement la contradiction. Là, se reporter par exemple au Christ face aux pharisiens ou aux scribes : il acceptait le dialogue mais il savait répondre… Là aussi, ne pas se précipiter sur son clavier pour poster, il est sage de réagir à froid.
Un autre inconvénient : les informations sont vites démodées et il est parfois difficile de les retrouver sur une page Facebook, d’où l’intérêt comme signalé plus haut de la complémentarité avec un site web qui garde mieux la mémoire.

 Les avantages

Ils sont grands : outre la notoriété, la page, si elle est animée correctement, permet de donner une image dynamique et moderne. Elle permet d’atteindre des personnes qui seraient inconnues sinon, de retrouver des anciens ou des anciennes.
Il faut noter aussi la possibilité d’être très réactif à un événement : à partir d’un Smartphone, on peut mettre une photo et un commentaire en ligne quasiment en temps réel.

 Quelques exemples diocésains

Pastorale des jeunes

La plupart des pastorales des jeunes du diocèse, beaucoup d’aumôneries et de mouvements de jeunes (en particulier le scoutisme) ont une page Facebook, voir l’article Sites liés à la Pastorale des jeunes.

Paroisses

Peu de paroisses ont sauté le pas :

Communautés religieuses

Autres

Naturellement le diocèse a une page Facebook (indispensable pour un diocèse !) ; et aussi des services, mouvements… Voir la page dédiée de ce site pour avoir la liste complète à jour.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus


Bannière denier

Facebook

Facebook

Facebook

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois