Mercredi 26 janvier 2011 — Dernier ajout vendredi 27 septembre 2013

Rencontre des Tisserands 2011 à Paris Enregistrer au format PDF

22-23 janvier 2011
0 vote

« L’Église est-elle au rendez-vous de l’évangélisation sur internet ? » telle était la question que nous devions nous poser à 200 ces 22 et 23 janvier 2011 dans le grand auditorium de la Maison de la Conférence des évêques de France, à Paris.

Entrée en matière

Cette année nous étions trois représentants de notre diocèse à cette rencontre annuelle des Tisserands. Cette réunion permet à des acteurs de l’Internet catholique de se rencontrer pendant deux jours autour d’exposés et d’ateliers pratiques, dans une ambiance à la fois conviviale et studieuse.

Rencontres dans l'atrium -  voir en grand cette image
Rencontres dans l’atrium

Aussitôt arrivés, nous réglons les derniers problèmes d’inscription, récupérons notre badge et les documents, vérifierions notre inscription dans quatre des trente ateliers proposés : il y en a pour tous les goûts : on peut participer à des ateliers techniquement pointus ou bien à d’autres d’accès plus faciles pour des non techniciens, comme les aspects rédactionnels ou juridiques d’un site… A noter aussi l’eucharistie du dimanche en fin de matinée dans la belle chapelle de cette Maison.

Très vite on retrouve de vieilles connaissances ou bien on s’en crée d’autres dans l’atrium autour d’un café : toute la France est là (et même un copain de l’archidiocèse du Luxembourg !). Si au départ cette rencontre était destinée aux « tisserands diocésains » très vite elle s’est ouverte à des responsables internet de communautés, de paroisses.

Un programme fourni !

Ces deux jours seront très intenses. Pour des raisons personnelles et différentes, nous avons manqué le début de la matinée et donc pas pu entendre le premier exposé du jésuite Grégoire Le Bel, après la prière des Laudes : « L’Église catholique doit-elle avoir une manière spécifique d’évangéliser sur Internet ? ». Mais la lecture d’un topo de Mgr di Falco, remis avec nos documents, résume bien les enjeux : non seulement l’Église doit être présente sur Internet, mais elle ne peut plus l’être comme on pouvait l’être dans les années 90 ou même 2000. Si on regarde le référencement des sites catholiques ils sont très loin derrière les sites évangéliques ! La raison principale est la conception même de nos sites : ils sont souvent plus une visite virtuelle et institutionnelle de ce qui a été déjà fait (bulletin paroissial, compte-rendu de telle ou telle rencontre) plutôt qu’une porte ouverte sur une Bonne Nouvelle. Combien sont ouverts aux commentaires ou pratiquent trop le langage de la tribu, la « langue de buis » ? « Cela n’est pas un appel aux prêtres à créer chacun son blog mais plutôt un appel aux prêtres à accompagner les laïcs compétents qui se lancent (ou se sont déjà lancés) dans l’évangélisation par Internet ». Il est bon parfois de se rappeler la parabole du bon grain et de l’ivraie (Matthieu 13:24-30.36-43)…

Ateliers et présentations

info document -  voir en grand cette image

Les ateliers avaient lieu à raison de deux par jour, un le matin et un l’après-midi. D’autres interventions, en plénière, nous ont ouvert à une meilleure prise en compte des défis de l’Internet :

  • Une table ronde animée par une journaliste de Radio Notre-Dame, Clémence Houdaille sur le thème de l’« Évangélisation sur Internet : l’Église catholique est-elle larguée ou sait-elle aller au large ? ». À noter la présence comme invité de Gilles Boucaumont, le jeune et très dynamique pasteur réformé du Temple du Marais à Paris, que plusieurs auraient bien embauché après sa prestation, justement ouverte à l’universel !
  • Un « panorama de la blogosphère » (Marc Favreau), c’est-à-dire un classement schématique des principaux blogs catholiques, par thème et par nombre de commentaires : les catholiques conciliaires ne sont pas, hélas, les mieux placés… Un petit rappel : les blogs sont des pages webs où une personne s’exprime en son nom propre et de façon régulière sur des sujets divers, choisis par lui ; les commentaires sont non seulement autorisés mais même fortement encouragés. Pour les anciens du Net cela remplace les « pages persos » des années 90…
  • Un témoignage de Mgr Hervé Giraud, évêque (branché) de Soisson et Laon qui tient un « diaire » (du mot diairy en anglais, journal dans le sens du journal personnel) sur le site web de son diocèse : un petit espace où il donne journellement son agenda, une phrase de l’évangile du jour et un mini commentaire. Tout le monde peut lui répondre…
  • « Les expériences réelles d’évangélisation sont-elles transposables sur le web », avec Florence de Leiritz, fondatrice avec son mari des Parcours Alpha en France.
  • Gabriel Le Roy, directeur des Services généraux de la Maison et Anne Keller, responsable de la Communication Internet de la CEF ont fait le point sur des aspects techniques : grâce à l’activité de Technologiae , un petit groupe de travail sur l’Église et les nouvelles technologies de l’information composé d’ingénieurs en informatique très pointus, nos sites disposent dès maintenant d’outils, gratuits naturellement, pour améliorer la communication sur nos sites :
    • Refonte complète du service Messesinfo qui va devenir à terme EgliseInfo.
    • Application pour mobiles de ce service.
    • Nouveau moteur de recherche puissant adaptable à nos sites
    • Nouvelle barre multifonction pour naviguer mieux sur nos sites Internet et ceux de l’Eglise de France
    • Lien continu avec les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter…

Deux autres prestations ont aussi beaucoup intéressé :

  • Le samedi soir, l’association œcuménique des acteurs du web Eklesia.net a réuni une cinquantaine de personnes autour d’un dîner et de présentation techniques (les gens de Technologiae font partie de l’association)
  • Le dimanche après-midi les responsables de sites diocésains étaient réunis autour de Gabriel Le Roy et Anne Keller pour faire le tour des synergies souhaitées, des échanges d’expériences sur les sujets et projets Internet. Une façon de préparer l’évolution positive de nos sites.

Conclusion

>
Pour notre part nous retenons de ces journées que nous sommes non seulement confortés dans notre démarche mais que nous sommes encouragés à progresser. De façon pratique, les outils présentés plus haut seront très bientôt disponibles sur le site web diocésain et sur les sites qui en feront la demande (compatibilité à vérifier pour ceux qui ne sont pas dans le domaine .catholique.fr). Mais aussi :

  • Nous ne pouvons travailler seul, il nous faut des relais techniques et rédactionnels. Savons-nous bien les chercher ? Et surtout acceptons-nous de les chercher hors de notre environnement immédiat ? Enfin nous formons nous pour rester à la page techniquement ?
  • Nous devons nous ouvrir à l’universel, un site web n’est pas un musée de l’existant, il doit être, à partir des réalités de notre communauté locale une invitation à ouvrir une porte sur le monde et annoncer Jésus-Christ. Acceptons-nous les remises en question ? Nous limitons-nous à une communication institutionnelle ? Qui peut rédiger des articles sur notre site ? Sommes-nous ouverts à la vie non ecclésiale ? Autorisons-nous les commentaires ?

Enfin, nous étions trois du diocèse cette année, il n’est pas illusoire de doubler – au moins ! - ce nombre l’année prochaine !

info document info document info document info document info document info document info document info document info document info document La table ronde info document info document info document info document info document info document info document info document info document info document info document