Astuces pour mieux communiquer sur le web…
Samedi 14 août 2010 — Dernier ajout mercredi 25 avril 2018

N°5 : Écrire pour tous afin d’être compris par des non-chrétiens Enregistrer au format PDF

0 vote

« Pour un langage accessible à tous, pour une évangélisation nouvelle dans son ardeur, son langage et ses méthodes » (Jean-Paul II, Exhortation Pastores dabo vobis, 25 mars 1992)

Rédiger dans un langage accessible aux non-chrétiens

"Pour un langage accessible à tous, pour une évangélisation nouvelle dans son ardeur, son langage et ses méthodes" (Jean-Paul II, Exhortation "Pastores dabo vobis", 25 mars 1992)

Le principe premier est la charité. La logique est celle de l’intégration. L’idée est de toujours garder à l’esprit que le contenu puisse être lu, compris et intégré par une personne en recherche ayant peu de culture religieuse et que la personne ne sente pas exclue, mais bien accueillie telle qu’elle est, au point où elle en est.

Astuce

 :
Pour vous former à ce style d’écriture, nous vous invitons à lire quelques articles sur Web : www.coursalpha.fr et Web : www.parcoursalpha.fr . Les cours Alpha ayant une grande expérience de communication avec deux cibles et deux objectifs :

  • donner envie aux non-chrétiens ou aux recommençants de commencer une démarche de découverte de la foi chrétienne.
  • motiver des chrétiens convaincus pour qu’ils posent des actes d’évangélisation et organisent des évènements accueillant des non-chrétiens.

Des règles simples

  • Éviter les termes faisant référence à un vocabulaire d’initiés, en particulier dans les titres, les expliquer lors de leur première utilisation dans la page.
    Exemple  : vous parlerez la première fois dans le texte « des candidats au baptême, les catéchumènes », puis « de catéchumènes ».
  • Éviter le latin et s’il est utilisé, toujours le faire suivre de sa traduction en langue vernaculaire par charité pour les moins de 50 ans.
  • Éviter les majuscules aux adjectifs comme saint et sainte et les termes ou superlatifs réservés aux initiés ou truffés de majuscules très typés « catho ».
    Exemples  : « le Pape », « Sa sainteté », le « Très Saint-Père », la « Très Sainte Vierge », « l’Immaculée Conception » ; parler tout simplement du pape Benoît XVI - ou encore mieux l’appeler par son nom ; Benoît XVI - et de la Vierge Marie.
    De même dans un texte qui parle d’une personne de la Trinité ou de la Vierge Marie, on écrira Dieu, le Fils, le saint Esprit, le Père, la Vierge Marie, Marie Reine, mais on évitera les majuscules sur les pronoms. Contre-exemple : « Jésus est amour. Vous L’aimerez de tout votre cœur ainsi que Sa mère ».
  • Préférer parler d’annonce de l’Évangile plutôt que d’évangélisation dont le substantif peut apparaître comme un processus d’endoctrinement systématique à un non-chrétien.
  • Toujours citer l’auteur des livres de la Bible en entier.
    L’abréviation « Mi » est incompréhensible pour un non-chrétien et pour de nombreux pratiquants, alors que « du livre de Michée » l’est un peu plus…
  • Éviter le réflexe jargon du bocal
    Bannir le jargon, du type Pastorale diocésaine des jeunes (demandez pour voir à votre responsable la définition du mot Pastorale…) qui exclut de facto les personnes n’ayant pas accès à ce niveau de vocabulaire, voire qui éloigne les cibles susceptibles d’être intéressées, en l’occurrence, les jeunes.
    Dans cet exemple, vous pouvez remplacer l’expression Pastorale diocésaine des jeunes de Californie par Jeunes catholiques de Californie.
    Exemple de « Bêtisier du web catho »  : Doyennés, CPM, etc. Un autre contre-exemple de titre : Récollection du MCR. Tout le monde ne sait pas que le MRJC signifie Mouvement rural de la jeunesse chrétienne, que le CPM est le Centre de préparation au mariage ou encore que le « doyen » est l’animateur de la pastorale d’un secteur ou d’une ville. Dans le langage courant, « doyen » signifie le plus âgé…
  • Expliciter les acronymes avant de les citer. On écrira Catéchisme de l’Église catholique (CEC), puis on parlera du Catéchisme, de même Compendium de la doctrine sociale de l’Église catholique (CDSE), puis du Compendium, plutôt que du CDSE [1]

Choisir des illustrations visuelles adaptées :

  • Éviter les photos où des prêtres ou religieux touchent des enfants ou les photos pouvant blesser la pudeur ou l’amour-propre de la personne photographiée.
  • Éviter les photos sociotypées si vous désirez élargir votre cible et rendre votre site accueillant à tous types de public.

[1Le site diocésain présente une infobulle d’explication pour les sigles les plus répandus, mais ce n’est pas une raison pour abuser des sigles sans explications ! NDLR

Voir en ligne : L’article de référence sur ce sujet de Mathilde Henry (Bonne Nouvelle.fr)