Images et photos

Conseils basiques pour la photo à destination d’un site web

mardi 9 décembre 2014
  par   Jef Philippe
popularité : 14%
0 vote

Cet article désireux d’être aussi modeste que limité s’adresse à celles et ceux qui photographient surtout des monuments et des paysages. Mes observations viennent de l’expérience acquise en photographiant surtout notre patrimoine bâti (notamment religieux). Comment éviter ces photos délavées, déséquilibrées, trop sombres ou trop claires, floues ? Certes, des photographes connus font exprès d’en réaliser de semblables, pour des raisons qui se veulent artistiques ; mais avant de « faire du style » il faut apprivoiser les bases techniques, et par ailleurs les photos du patrimoine se veulent le plus souvent documentaires, ce qui requiert en priorité une bonne lisibilité. Enfin, chacun fera ce qu’il veut de ces conseils, cela va de soi !

1) L’exposition : quantité de lumière qui va pénétrer jusqu’au capteur.

  1. Mauvaise exposition : photo A (église de Quemper-Guézennec)
    JPEG - 62.9 ko
    Photo A : église de Quemper-Guézennec trop sombre : l’appareil s’est réglé sur le ciel.
  2. Exposition correcte : photo B (même église)
    JPEG - 64.5 ko
    Photo B : église de Quemper-Guézennec bien définie : l’appareil s’est réglé sur l’édifice.

    Faire en sorte que ce que l’on photographie soit bien exposé ; pour cela :

  3. En règle générale, avoir le soleil dans le dos (il éclaire ce que l’on photographie). Si le soleil est caché, la règle reste valable (donc il faut savoir grosso modo d’où vient la source lumineuse).
  4. Éviter que les parties claires de la future photo soient prépondérantes, sinon l’appareil va sous-exposer (il « croit » qu’il y a assez de lumière, or la partie sombre en reçoit peu). (photo A ci-dessus : partie claire prépondérante, mauvaise exposition, corrigée en B où l’église prend plus de place, étant prise de plus près.)
  5. Au photographe de savoir quel est le meilleur moment de la journée pour avoir une belle lumière (éviter le lourd soleil de 11h à 15h…), en tenant compte de l’emplacement du monument photographié. Il se peut qu’une partie du monument soit bien éclairée, et d’autres non, dans ce cas on fait des essais différents.

2) la netteté

Surtout ne pas bouger au moment d’appuyer sur le déclencheur ! Ce conseil est encore plus valable si l’on utilise un zoom avec une longue focale (plus la focale est longue, comme avec des jumelles pour voir au loin, plus vos mouvements, même imperceptibles, feront que la photo sera floue. Les photos prises de très près (micro et macro-photographies) sont également très sensibles au bougé. En fait il faut s’entraîner à retenir son souffle quand on déclenche (comme le fait un tireur au fusil… D’ailleurs en franglais on dit « shooter »). Les zooms à très longue focale sont des arguments commerciaux efficaces… Il vaut mille fois mieux se rapprocher du sujet !

3) Le cadrage :

  1. Éviter de placer l’élément important au centre de la photo. Il existe une règle des 3 tiers…En gros, l’élément essentiel devrait se situer à l’une des intersections signalées sur la figure ci-dessous.
    JPEG - 34.6 ko
  2. Pour un monument, soit on cherche à le prendre en entier et donc on prend le recul nécessaire, soit, en cas de recul insuffisant, on privilégie la ou les parties intéressante(s).
  3. Bien vérifier que l’appareil est à l’horizontale (sauf effet de basculement recherché), et donc que soi-même on n’est pas déséquilibré.
  4. Pour photographier des personnes on dispose d’une plus grande liberté mais il faut essayer de faire en sorte que l’ensemble reçoive à peu près le même éclairage.
  5. Se méfier des objets parasites que l’on ne repère qu’une fois la photo prise (un véhicule encombrant, une personne indésirable (il existe un droit très strict à l’image…)

4) Les réglages de l’appareil :

La plupart du temps il vaut mieux se fier à l’automatisme (quitte à mettre le flash en arrêt si l’on photographie des vitraux par exemple). Avec une connaissance et une expérience approfondies, on pourra adopter des réglages (fonction P de l’appareil par exemple) que l’on définira soi-même. Ainsi il sera possible d’adopter un réglage pour temps nuageux, toujours pratique chez nous.

5) Après, sur l’ordinateur :

La première règle est de ne pas dénaturer la photo d’origine (sauf à vouloir créer une « image » plutôt qu’une photo). Néanmoins il est normal d’influencer la prise de vue originale en améliorant les contrastes, la luminosité, en recadrant la photo au besoin. Ces réglages se font à l’aide de logiciels très sommaires, nul besoin d’acheter des logiciels coûteux. PhotoFiltre , d’un usage simple, est téléchargeable gratuitement. Exemple : cette photo de l’église de Collinée (prise par temps gris) d’abord non-modifiée (photo C), puis après un réglage de la luminosité et des contrastes (photo D). Faire des essais, toujours après avoir sauvegardé le cliché original : travailler sur une copie ! Et une règle fixe : on ne peut rien tirer d’une trop mauvaise exposition…

JPEG - 60.1 ko
Photo C : Eglise de Collinée sans retouches
JPEG - 66.2 ko
Photo D : Eglise de Collinée après modification de la luminosité et du contraste

6) Bonus :

  1. Se demander à quelle heure un monument a des chances d’être bien exposé. Si le temps est trop gris, l’ensemble sera terne et sans relief. L’idéal : après une pluie d’orage, avec un ciel lumineux (l’eau a entraîné les poussières) bleu sombre et un peu nuageux…
    - *# Apprendre à faire la critique de ses photos : éliminer sans regret ce qui n’est pas bon (ça soulage la mémoire de l’ordinateur…), une fois puis deux fois. Parfois il faut recommencer la prise de vue.
  2. Affiner son regard par la fréquentation d’expositions, la lecture de livres d’artistes et de bonnes revues photo. S’inscrire dans un club est très recommandé.
  3. Après quelques progrès, passer à une meilleure connaissance des problèmes de réglages de l’appareil (chercher à les comprendre), faire des essais… et… apporter sa contribution à la paroisse (pour son site web, sa page Facebook etc…)
  4. L’un des meilleurs recueils de photos à ma connaissance est réalisé par un moine orthodoxe qui a utilisé un appareil d’une valeur de 100 francs (15 €) ! Le coût de l’appareil ne garantit rien ; comme le dit ce moine : « La photographie est un regard. »
  5. Le flash : son usage autre qu’automatique sort de la portée de cet article. Pour photographier par exemple une statue dans une église, sachant qu’un flash d’appareil compact n’éclaire pas au-delà de 3 m, se placer à 3 ou 4 m de la statue de façon à être en légère sous-exposition, ce qui donnera des couleurs plus proches de la réalité. De trop près le flash écrase les contrastes et les volumes. Faire des essais à différentes distances. Inutile de photographier de loin avec un flash ordinaire… Enfin, rappelons que les vitraux se photographient sans flash autant que possible.

Commentaires

Logo de Philippe Giron
Conseils basiques pour la photo à destination d’un site web
mardi 9 décembre 2014 à 22h17 - par  Philippe Giron

Ton article a ete repris sur la page Facebook des tisserands. :-)

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus


Bannière denier

Facebook

Facebook

Facebook

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois